Les Glas Avortés

« Il y a dans ces poèmes, une vibration particulière. Le grain d’une peau, l’étrangeté d’un accent, l’insolence et l’éclat d’un sexe, la dureté et la douceur d’une langue bilingue, la chaleur et le parfum d’un souffle, la violence et la douleur d’une écriture. » Professeur et critique littéraire Eric Marty, Université Paris 7 – Denis Diderot

KuyDelair nous livre son premier recueil de poésie sonore bilingue, objet de performances sur la scène internationale. L’érotisme éclaire les poèmes pris dans une longue mélopée qui se déplie au fil de métamorphoses. Ici, tout est question d’intimité, intimité troublante du corps, intimité dérangeante de la mort mais surtout intimité de la femme dans sa sexuation. Ode à la vie, le lecteur est emporté dans une lecture inattendue qui questionne la place du féminin dans l’imaginaire collectif.















Le Baiser de la Lune Verte

Elle continuait à pousser sur ses doigts, qui s'enfonçaient mollement dans les os et les abats... de ces morts aux rires glaçants qui bavaient couleur diamant... [...] Et peu à peu, elle voyait le bouclier de l'aura, avancer cette lumière dans un cristal de cobra.... regardant au-dessus des Mers impitoyables qui battaient de pleins feux... Elle produisit l' incroyable et se releva vers les Dieux......

KuyDelair propose son premier roman d'artiste, en poèmes, dont le phrasé invite à une expérience linguistique singulière, insolente dans la liberté de son expression. De verve néogothique expérimentale et de philosophie néoféministe, sa recherche artistique explore les thématiques du corps féminin, de la naissance et de la mort, invitation à un voyage au coeur de la spiritualité.